Semi-piétonnisation de la Corniche : mission impossible ?

CIRCULATION – Publié le 29 octobre 2014 à 18h29

Faut-il rendre semi-piétonne la Corniche à Marseille ? La question fait débat.

L’ancienne mandature d’MPM avait rédigé un projet de développement urbain qui prévoyait de réduire de moitié les voies réservées aux véhicules, créant ainsi un espace réservé aux cyclistes et aux piétons. Ce dossier est aujourd’hui au fond d’un tiroir depuis l’élection de la nouvelle majorité MPM emmenée par Guy Tessier.

Mais l’idée d’une promenade sécurisée en bord de mer reste dans les esprits. Du moins dans ceux des membres et adhérents du collectif Vélo en ville qui mènent un combat sans relâche depuis de nombreuses années pour rendre Marseille plus accessible à vélo. Le collectif a d’ailleurs contacté CityPost à ce sujet.

Du côté de la municipalité, on reste sceptique quant à la faisabilité de ce projet. Sabine Bernasconi, Maire du 1er secteur craint une augmentation des embouteillages, tout comme Gerard Janson président du collectif de défense du littoral 13.

CityPost ouvre le débat, et donne la parole aux Marseillais et au delà, principaux intéressés. Alors CityPosteurs dîtes nous si vous voulez ou non d’une semi-piétonnisation de la Corniche à Marseille. N’hésitez-pas à poster votre avis sur la question.

Tiffanie Bonneau
@Tiffanie_CP

COMMENTAIRE


Une Réponse à “Semi-piétonnisation de la Corniche : mission impossible ?”

  1. Voilà, un de mes souhaits les plus chers ! De faire de ce balcon sur la mer un lieu de vie ne serait-ce qu’un jour par semaine, apporterait à Marseille une bouffée d’air, j’en ai marre de compter sur les doigts d’une main les lieux à l’abri des voitures dans cette ville, trouver un café, ou un resto sans passage de voitures à moins de cinquante mètres devient mission impossible. En toute honnêteté mis à part le cours Julien, et le cours d’Estienne d’Orves, c’est très compliqué ! Si on compare avec la majorité des villes de cette échelle en Europe on est tellement à la traine !

    Répondre

Laisser une réponse