Bouc Bel Air, les habitants sollicités pour participer à leur sécurité

TERRITOIRE – Publié le 26 novembre 2014 à 14h03

Quel est le point commun entre Meyrargue, Cabriès, Simiane et Bouc Bel Air ? Ces 4 communes du pays d’Aix ont décidé d’adopter le dispositif participation citoyenne. Ce sujet, proposé par Fred habitant de Bouc Bel Air, a intéressé la rédaction. Du coup nous nous sommes rendus sur place…

La participation citoyenne, plus connue sous l’appellation « voisins vigilants », est un dispositif qui implique les habitants dans la surveillance de leurs quartiers. A la moindre activité suspecte, ils contactent les forces de l’ordre via une ligne direct.

Ce système, déjà très présent dans les pays anglo-saxons, se développe de plus en plus sur notre territoire. Ce qui ne plait pas à tout le monde. Certains craignent des dérives miliciennes. D’autres ont peur tout simplement que l’Etat ne se désengage dans la sécurité des citoyens au profit de ce dispositif participatif.

En tout cas à Bouc Bel Air, commune de près de 15 000 habitants, on a décidé de s’affranchir de toutes ces craintes et d’opter l’année dernière pour la mise en place de ce concept.

« On en avait entendu parlé dans les médias et on avait des bons échos des villes qui l’avaient mis en place », explique Delphine Savine, responsable de la prévention à Bouc Bel Air. « Après concertation avec la municipalité et la gendarmerie, on a décidé de passer à l’étape supérieure », poursuit Mme Savine. Le principe est simple, la mairie et la gendarmerie signent une convention avec la préfecture de police. Ensuite, des volontaires sont choisis, après une enquête de moralité, pour devenir référents de leurs quartiers.

Observer et signaler

Sur le terrain, le rôle des référents se limite à l’observation et au signalement des actions jugées suspectes. Pas question de jouer au justicier. Danielle Gesrel, référente de quartier, le souligne clairement, « nous ne sommes pas là pour nous soustraire à la gendarmerie ». Ils sont avant tout présents pour faire le lien entre les habitants et les forces de l’ordre.

Richard Mallié, le maire de la commune insiste sur cette notion de liant. « Ce dispositif permet de recréer un dialogue, un soutien mutuel entre les habitants d’un même quartier. Chacun veille sur l’autre, on ne vit pas seulement à côté des autres, on vit ensemble. ». Le maire ajoute, « la participation citoyenne, c’est avant tout un soutien à la collectivité, un travail complémentaire à celui de la gendarmerie ». Un dispositif qui ne peut donc pas se suffire à lui-même, en terme de sécurité publique. La commune de Bouc Bel Air, placée en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) il y a deux ans, s’appuie beaucoup et presque essentiellement sur une hausse des effectifs des forces de l’ordre. Des forces de l’ordre au coeur du dispositif qui n’ont pas souhaité nous répondre, malgré nos nombreuses sollicitations…en tout cas pour le moment.

Si vous êtes concernés par le dispositif et que vous souhaitez vous exprimer sur son efficacité, son inefficacité ou ses risques, réagissez su CityPost.fr.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Une Réponse à “Bouc Bel Air, les habitants sollicités pour participer à leur sécurité”

  1. C est super sauf que habite bouc bel air et je n étais même pas au courant !
    Quelle communication !!

    Répondre

Laisser une réponse