Gémenos : Un pommeau de douche intelligent pour contrôler sa consommation d’eau

INNOVATIONPublié le 09 décembre 2014 à 08h00

Quand on a quatre filles à la maison, les douches interminables on sait ce que c’est ! En tout cas Gabriel Della Monica, lui, le sait et a trouvé un moyen de les écourter. Cet ingénieur en télécom originaire de Gémenos a conçu HydraO, un pommeau de douche intelligent qui permet de contrôler sa consommation d’eau au moment de la douche.

Que ce soit pour des raisons économiques (une douche = 50 centimes d’euros) ou des raisons écologiques (une douche = 80 L d’eau tiède), HydraO permet à ses utilisateurs de décider eux-mêmes de la quantité d’eau qu’ils souhaitent ou ne souhaitent pas dépasser. Lorsque le premier seuil est atteint, le pommeau lumineux change progressivement de couleur, du vert par exemple, jusqu’au rouge du dernier palier dépassé, qui fini par clignoter. Une petite alerte dissuasive… et c’est tout. « J’ai eu des suggestions, par exemple que l’eau devienne froide quand le dernier seuil est dépassé. Mais on ne l’a pas fait car on a eu pitié » explique Gabriel le fondateur d’HydraO.

Moins 200 euros par an sur la facture

Sans pile, le pommeau fonctionne grâce à « une dynamo » de vélo qui tourne sous l’impulsion de l’eau. Il est également doté d’une « carte électronique et d’un module bluetooth pour la connexion vers un smartphone » précise Gabriel. Car, en plus de s’éclairer et de changer de couleur en fonction de la consommation, l’objet est relié à une application smartphone (gratuite uniquement sur Android pour le moment), qui permet à l’utilisateur de conserver et de suivre l’historique de ses dépenses en eau mais aussi celles de toute sa famille. Elle permet également de programmer les seuils en fonction du membre qui l’utilise. « Grâce à HydraO, une famille de 4 pourrait réduire sa facture de 200 à 250 euros sur l’année.« 

Mais encore faut-il que le pommeau soit commercialisé ! Car pour le moment, HydraO n’est qu’à l’état de prototype. Gabriel a investit 8 000 € en fonds propres, et perçus 15 000 € de financement pour son innovation, de la part de la BPI France (Banque Publique d’Investissement) afin de démarrer. Mais c’est surtout le crowdfunding qui va lui permettre, à lui et à ses trois amis également sur le projet, de commencer véritablement l’aventure. La bande veut bénéficier de la contribution des internautes et demande 15 000 euros (sur le site Kiss Kiss Bank Bank) pour pouvoir mettre en route la production d’une prés-serie de 300 pommeaux. Plus de 16 000 € ont déjà été récoltés (il reste 14 jours), ce qui veut dire que les composants pourront être achetés à partir du 20 décembre. Puis le tout sera assemblé dans une usine française « parce que ça compte dans notre projet de favoriser le local, la France« .

Une initiative soutenue par la municipalité de Gémenos

Une commercialisation peut donc être envisagée en milieu d’année 2015. Il faudra compter 48 € pour la version non connectée (sans appli) et 63 € pour la version connectée (avec appli). Le pommeau HydraO trouvera sa place dans les rayons des enseignes de bricolags ou dans les supermarchés. Mais il trouvera aussi une utilité du côté des collectivités et des hôtels puisque Gabriel a dores et déjà était contacté par la municipalité de Géménos, qui envisage d’équiper les douches dans les vestiaires des piscines, mais aussi par un groupe hôtelier très intéressé par l’initiative.

Andréa Dubois
@Dubois__Andrea

COMMENTAIRE


2 Réponses à “Gémenos : Un pommeau de douche intelligent pour contrôler sa consommation d’eau”

  1. MASERO Patrick

    Bravo si vous réussissez et j’en suis sur mais c’est le ministère de l’écologie qu’il faut appeler mme royale qui j’en suis sur collaborerait.

    Répondre
    • Bonne suggestion, Patrick, pour le ministère de l’écologie. Je ne sais pas vraiment comment le contacter. Si vous avez une idée, je suis preneur !

      Mais l’idée d’Hydrao, pour l’eau, comme de citypost, pour le journalisme, est que tout le monde s’empare du problème à son échelle. Chacun éduque ses enfants, fait attention à sa surconsommation, etc… La citoyenneté participative et communautaire !

      Répondre

Laisser une réponse