La cité des Lierres n’est plus prioritaire

SOCIÉTÉPublié le 2 décembre 2014 à 19h58

Alea jacta est. Le sort en est jeté pour la cité des Lierres, elle ne fera pas partie de la nouvelle carte des quartiers prioritaires qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Les habitants craignaient pour la survie de leur centre social et des services que celui-ci propose (permanence santé, activités pour les jeunes et pour les moins jeunes, psychologue en consultation gratuite et anonyme…). Arlette Fructus, adjointe au maire de Marseille en charge du logement et de l’habitat, n’a pas manqué de s’en indigner en égratignant au passage le gouvernement.

Pour autant, d’après Marie Lajus, la sous-préfète en charge de l’égalité des chances, il ne faut pas être alarmiste quant au sort de ce centre social. « Les Lierres vont perdre la somme de 38 000 €, qui correspond à 5 à 10% de leur budget total, en n’entrant pas dans le dispositif quartier prioritaire. Mais le centre conservera tous ses autres financements » détaillait-elle au micro de CityPost. Par « autres financements », Marie Lajus entend ceux de la Caisse d’allocations familiales (CAF) et des collectivités territoriales (Conseil général, Conseil régional et Ville de Marseille).

Un appel aux soutiens politiques

Aux yeux de Laurence Vogt, la directrice du centre social de Bois Lemaître/Les Lierres, la situation est bien moins idyllique. Elle ne contredit en rien les propos de Marie Lajus mais les nuances : « notre crainte, c’est de voir les collectivités territoriales se désengager petit à petit car nous ne serons plus prioritaires. En additionnant les 38 000 € du dispositif quartiers prioritaires et les sommes que nous versent les collectivités territoriales on arrive à la somme de 150 000€ qui est vitale quand on a un budget annuel de fonctionnement de 350 000€ ! ». Un effet boule de neige qui conduirait dans un premier temps à la disparition d’activités puis d’intervenants et enfin du centre en tant que tel.

C’est pourquoi, la directrice de ce centre à cheval sur deux quartiers en appelle aux élus qui l’ont soutenue au cours de l’année. Valérie Boyer (maire du 6ème secteur) et Arlette Fructus se sont notamment positionnées en faveur de la survie du centre. Laurence Vogt espère de ces deux femmes politique qu’elles le soutiennent « par les actes » en l’appuyant pour conserver ses financements de la part des collectivités territoriales.

Hugo Lane
@LaneHugo

COMMENTAIRE


Laisser une réponse