La Varappe à Aubagne : une entreprise au service de l’insertion sociale

INSERTIONPublié le 10 décembre 2014 à 12h00

« Emploi d’insertion », « logement social » et « conteneur ». A priori vous ne faites pas le rapprochement entre ces trois termes… Et pourtant, le groupe La Varappe à Aubagne a réussi à les relier dans le cadre d’un projet unique en France. L’idée est simple : retaper un conteneur « dernier voyage » (qui ne navigue plus), pour en faire un logement social ou encore des bureaux, grâce à l’emploi d’une dizaine de salariés en insertion.

Entre économie et environnement

Le projet, appelé Homeblock, a donc deux facettes. D’un côté il permet à Laurent Laïk et son entreprise d’insertion « de recruter des personnes qui ont des difficultés à trouver un emploi, de les former à un métier qui recrute pour ensuite leur offrir la possibilité de trouver un job dans une entreprise normale ». Et de l’autre, transformer un conteneur à la retraite pour y loger des personnes aux faibles ressources, en grande précarité, ou qualifiées de « primo-accédants au logement social ».

La Varappe, avec Homeblock, favorise le développement durable et utilise des matériaux dits « bio-sourcés » comme le bois pour donner une seconde jeunesse au conteneur. Mais le groupe est également partenaire de Schneider Electric (entreprise qui propose des produits et solutions de gestion de l’électricité) afin « d’installer dans les conteneurs de la technologie pour pouvoir permettre à ceux qui vivent dans le logement de contrôler et réduire leur consommation électrique et donc d’améliorer « leur reste à vivre » (Ce qu’il reste lorsque toutes les factures sont payées, ndlr). »

Bientôt des maisons et des bureaux conteneurs ?

La finalité de l’entreprise est donc « exclusivement sociale » et a déjà séduit un bailleur social à Lyon, Habitat et Humanisme. La Varappe a livré 9 logements, T2 ou T3 dans le cadre du projet Homeblock. Mais Laurent Laïk ne veut pas s’arrêter là puisqu’il souhaite s’associer « aux collectivités et aux associations qui luttent contre la précarité afin de permettre aux personnes en difficulté de pouvoir bénéficier d’un logement confortable et donc, à terme, de retrouver du travail« . « Mais pour cela il faut trouver du foncier et surtout convaincre les bailleurs sociaux et collectivités d’investir pour éviter de payer des nuitées d’hôtel. »

D’ici quelques années, Marseille, Aubagne ou Aix-en-Provence pourraient bien ressembler à Amsterdam et ses conteneurs transformés pour devenir des logements étudiants. Mais au delà des ambitions, Homeblock est déjà une réussite en terme d’emploi puisque « 90% des salariés en insertion qui ont participé au projet ont trouvé un CDI ou un CDD de plus de 6 mois à la fin de leur contrat » selon Laurent Laïk.

Andréa Dubois
@Dubois__Andrea
 

COMMENTAIRE


Laisser une réponse