Permaculture à Marseille : « On n’exploite pas la terre, on coopère avec »

ENVIRONNEMENTPublié le 26 décembre 2014 à 11h03

L’air frais titille les narines, les premiers rayons de soleil brillent sur les gouttes de rosé… Un matin au quartier de La Treille, 11ème arrondissement de Marseille. C’est ici que Rémi Clérin cultive fruits et légumes sur 6 000 m². Une petite exploitation agricole sans tracteur, serre ou engrais… Plutôt hors du commun de nos jours. Rémi est un jeune maraîcher qui travaille en permaculture depuis 2 ans. Une technique qui observe, comprend et coopère avec les éco-systèmes : fertiliser les sols sans les agresser.

Sur l’exploitation de Rémi, les produits poussent le plus naturellement possible. Grâce à des déchets verts, essentiellement des branches et des feuilles, il enrichit la terre. La matière organique se décompose et augmente le taux d’humus du sol, donc la fertilité. En clair : ces déchets verts apportent des nutriments à la terre et permettent de retenir l’humidité au maximum, ils limitent donc les besoins en eau. « L’idée c’est de s’inspirer de la forêt, explique Rémi, créer un environnement fertile et autonome en stimulant la vie micro-biologique du sol ». L’agriculteur poursuit, « c’est un peu long à se mettre en place, mais c’est normal, il faut laisser le temps à la nature, à l’activité micro-biologique de se développer ». Un investissement sur le long terme donc, mais un système durable qui se bonifie d’année en année tout en respectant l’environnement.

Après des études en agronomie et système de culture, Rémi décide de s’orienter vers le maraichage bio. Mais, même dans ce type de culture, les méthodes de travail ne lui conviennent pas. « Ce sont des techniques qui sont louables, qui fonctionnent, précise le maraîcher, mais qui privilégient quand même la quantité produite à la qualité et au respect de l’environnement ». Il décide alors de développer sa propre activité en permaculture. Plus question d’engrais, ou de paillage plastique. Et malgré les efforts fournis la première année, il ne regrette rien. « Je conseille à tous mes confrères ce type de culture, souffle-t-il, le résultat est surprenant ». Un jeune entrepreneur qui s’appuie sur la science pour travailler en harmonie avec son environnement, une démarche qui donnera sans doute des idées à d’autres agriculteurs.

Rémi vend sa production tous les mardis et vendredis à partir de 14h. Plus d’informations au 06 06 65 07 95.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse