Nos Quartiers ont des Talents : pour l’égalité des chances

Sans titre-1
ASSOCIATIFPublié le 27 janvier 2015 à 15h03

L’orientation et la recherche d’emploi, ce sont les préoccupations premières des jeunes aujourd’hui. Et pour preuve, le week-end dernier le Parc Chanot accueillait le salon de l’Etudiant organisé en parallèle avec Metierama, qui a enregistré un record de fréquentation. Justement, l’association Nos Quartiers ont des Talents, que CityPost a rencontré, a fait de l’aide à l’insertion professionnelle son action prioritaire pour les jeunes diplômés.

Un réseau d’entreprises pour l’égalité des chances

L’association NQT s’est créée en 2006 en île-de-France et s’est développée dans 14 régions depuis, dont la région PACA qui a son pôle d’action depuis 2012. Cette année là, un sondage dévoilait qu’à l’échelle nationale 47 % des jeunes diplômés étaient sans emploi un an après l’obtention de leur diplôme. Blanche Turner, la responsable du développement régional PACA de NQT définit l’association comme un « réseau d’entreprises pour l’égalité des chances« . L’égalité des chances car l’association travaille en priorité avec des jeunes diplômés issus des quartiers prioritaires et/ou de milieux défavorisés. Dans la région PACA ils sont 525 jeunes à avoir déposé leur dossier d’inscription sur le site nqt.fr et à être suivis par un « parrain » de l’association. Ces parrains sont en général des cadres ou des dirigeants expérimentés issus d’entreprises partenaires de l’association. Le pôle PACA de l’association compte plus d’une soixantaine de partenaires dont Pôle Emploi, l’Université d’Aix-Marseille, le Conseil Régional ou encore des entreprises mécènes telles que Lagardère, la Société Générale ou encore Microsoft.

71 % des jeunes encadrés trouvent un emploi en 7 mois

L’association s’adresse à des jeunes défavorisés ayant un niveau Bac+3 minimum et moins de 30 ans. Blanche Turner à la tête du pôle régional PACA depuis plus de deux ans a fait un constat alarmant : « aujourd’hui les jeunes sont de plus en plus qualifiés et trouvent de moins en moins de travail ». Parmi les secteurs les plus touchés on retrouve celui de la communication et du droit, en particulier les juristes. Le secteur de la santé, lui, est au contraire épargné. L’association NQT propose donc à ces jeunes diplômés un encadrement par un « parrain » qu’ils rencontrent 1 à 2 heures par semaine sur son lieu de travail pour cibler sur les points à améliorer et consolider le profil du jeune chercheur d’emploi. De son côté le « filleul » comme il est appelé, doit s’engager à chercher activement du travail pendant toute cette période d’encadrement. Une période qui s’étend jusqu’à 7 mois, « c’est le délai moyen que mettent les jeunes de NQT pour décrocher un contrat » précise Blanche Turner, elle ajoute « l’objectif est atteint s’il signe un CDI ou un CDD de plus de 6 mois« . A l’échelle nationale comme dans la région PACA, ils sont 71 % à décrocher un contrat en moins de 7 mois grâce à l’association.

Objectif pour 2015 : couvrir toute la France

Malgré ces résultats encourageants, l’association ne souhaite pas s’arrêter là. En 2015 elle devrait s’étendre sur 5 régions de plus, à savoir l’Alsace, le Centre, la Lorraine, le Pays de la Loire, et la Guyane. D’ici à 2018 l’objectif est de couvrir tout le territoire français pour subvenir à ces jeunes diplômés de moins de 30 ans qui sont de plus en plus nombreux chaque année à ne pas trouver d’emploi une fois leurs études terminées.

 Tiffanie Bonneau
@Tiffanie_CP

COMMENTAIRE


Laisser une réponse