La Bo[a]te, pionnière du co-working à Marseille

INNOVATIONPublié le 24 février 2015 à 17h43

Tiers lieu, co-working, meet-working… ces termes, empruntés à l’anglais, ne vous évoquent rien ? Et pourtant il s’agit d’une nouvelle organisation du travail qui se développe un peu partout dans le monde depuis une vingtaine d’années (1 800 espaces de co-working sont répartis sur les 5 continents). A Marseille, nous sommes allés découvrir La Bo[a]te, un tiers lieu (traduit de l’anglais « The Third Place », la troisième place) où l’on pratique le co-working (travail coopératif). Autrement dit, un endroit qui n’est ni la maison, ni l’entreprise dans lequel on se retrouve pour travailler en coopération avec un réseau de travailleurs afin de favoriser l’échange d’idées mais aussi de compétences dans le but de créer un projet, démarrer une startup.

La Bo[a]te a été créée il y a 7 ans à l’initiative de Martine Sousse. Cet espace partagé est le pionnier à Marseille : « Nous nous sommes créés en même temps que La Cantine (renommée Numa), le premier espace de co-working fondé en 2008 à Paris par Silicon Sentier » raconte cette ancienne Directrice Internet et Web Stratégie pour Orangina Schweppes, « nous avons depuis monté le réseau des Cantines, et nous sommes donc la Cantine Marseille. » Implantée du côté du Cours d’Estienne d’Orves (13001 Marseille), La Bo[a]te a pour but « de favoriser la création et l’innovation, mais aussi d’accompagner des projets qui transmettent des idées citoyennes ». Pour cela elle met à disposition 15 postes de co-working dédiés à des co-workers permanents.

C’est le cas de Fabrice, directeur général d’une agence de communication qui occupe un espace à La Bo[a]te depuis un plus d’un an. Là-bas, il dispose « d’une cléd’une connexion internet, d’un bureau, de l’accès à une salle de réunion et bien sûr de l’électricité ! » Tout cela pour un loyer trimestriel. Selon lui « le co-working est une solution idéale tant [qu’il] n’aura pas de salariés à embaucher et donc de bureaux à louer ». Car les co-workers permanents viennent ici pour deux raisons principales : éviter l’isolement dû à leur statut de travailleur indépendant (free-lance, auto-entrepreneur ou consultant), mais aussi éviter de payer des bureaux qu’ils n’occuperaient qu’occasionnellement. Marion est une co-worker nomade. Elle a choisi de s’inscrire à La Bo[a]te, de temps en temps, parce qu’elle est près de chez elle, mais aussi parce qu’elle bouge beaucoup en France, notamment à Paris.

La Bo[a]te, petite fabrique d'innovation

A La Bo[a]te, on soutient des projets essentiellement tournés vers les métiers du numérique. Certains co-workers sont présents depuis 2 ou 3 ans, ce sont eux les plus participatifs selon Martine qui les côtoie très régulièrement puisqu’elle travaille elle aussi dans le numérique et particulièrement dans l’édition de livres augmentés. Elle édite également une revue numérique appelée TOC, sur les tiers lieux. Au travers de son association Made in la Bo[a]te, Martine soutient des projets financés par la Région et le Conseil Général. « L’un autour des E-services pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à un mobile, y compris les personnes les plus défavorisées. Il s’agit du projet Emmaüs Connect. L’autre est une petite fabrique d’édition numérique qui consiste à travailler avec des enseignants, des chercheurs sur la question de l’utilisation des E-books à destination des scolaires. »

C’est grâce au co-working et à son association que La Bo[a]te peut « rester à l’équilibre » selon Martine. Mais aussi proposer des événements. Le lieu reçoit ou organise 5 ou 6 évènements par mois, parfois pour présenter des projets. Dans la programmation, on peut aussi retrouver des BarCamp, des Startup Weekend (passer de l’idée à la startup en 54h) mais aussi des Comptoirs du E-tourisme (rencontres collaboratives et conviviales pour les professionnels du tourisme, du etourisme, de l’art et de la culture). Au cours de l’un des comptoirs du E-tourisme, « La Bo[a]te a notamment accueilli Very Last Room, une startup créée par deux Marseillais qui est aujourd’hui une très belle réussite » pour Martine.

Il existe aujourd’hui 5 espaces de co-working à Marseille. Martine travaille en collaboration avec certains de ces lieux car « c’est une tendance qui se développe et étant pionnier nous avons gagné en connaissances. Notre objectif et de les partager pour mutualiser ces bonnes pratiques et éviter de faire des erreurs déjà commises. »

La Bo[a]te, 35 Rue de la Paix Marcel Paul, 13001 Marseille
09 54 24 09 15

Andréa Dubois
@Dubois__Andrea

COMMENTAIRE


Laisser une réponse