La Chocolaterie de Provence inaugure sa boutique

ÉCONOMIEPublié le 12 février à 19h50

Mercredi 11 février, le renouveau de la Chocolaterie de Provence s’est matérialisé avec l’inauguration de la boutique de l’usine à Saint-Menet (Marseille 11ème). Des groupes d’enfants de centres aérés marseillais, des entreprises voisines, des employés de la chocolaterie et des décideurs politiques dont le sénateur faire Jean-Claude Gaudin et la députée-maire des 11ème et 12ème arrondissements Valérie Boyer étaient notamment présents. Une troupe d’art de rue assurait l’animation avec quelques activités ludiques sur l’univers du chocolat pour les plus jeunes.

Cette inauguration marque l’aboutissement de plus de trois ans de travail depuis la reprise du site par des investisseurs russes. Aujourd’hui l’usine tourne à plein régime, comme CityPost vous l’avait décrit récemment (voir ici). Une gamme de 19 tablettes de chocolat est actuellement en vente. Mais il existe aussi tout un assortiment de petits chocolats individuels, élaborés par un artisan chocolatier. Si les tablettes sont à l’heure actuelle surtout destinés à l’export, la Chocolaterie de Provence envisage sérieusement d’investir le marché français d’ici la fin de l’année 2015.

Du chocolat et des emplois

« C’est une bonne nouvelle pour l’industrie marseillaise, cela prouve également que notre territoire est attractif », se félicitait Jean-Luc Chauvin, président de l’UPE 13. « C’est excellent pour la vallée de l’Huveaune, ajoute Valérie Boyer, nous voulons redynamiser cette espace proche de la Valentine ». Jean-Claude Gaudin a, quant à lui, insisté sur les liens franco-russes : « quoiqu’en dise le gouvernement actuel, la Russie est un peuple ami ! » Du côté des enfants, on retient plus le goût du chocolat que les interventions des élus. « Moi mon chocolat préféré c’est le blanc, j’ai fait le gourmand », souriait Léo 7 ans. « Moi je les aime tous sauf le noir », ajoutait Éva 8 ans. Mais au delà de cet aspect culinaire il y a aussi un réel enjeu pour l’emploi.

Les investisseurs russes comptent bien s’implanter durablement dans la région. « Rien que pour cette année nous allons créer 15 emplois« , affirme Yulia Serykh, directrice générale de la Chocolaterie de Provence. Après Nestlé et Netcacao,  une nouvelle page s’écrit pour le quartier de Saint-Menet.

COMMENTAIRE


Laisser une réponse