KissKissBankBank conseille les associations pour financer leurs projets solidaires

ÉCONOMIEPublié le 25 mars 2015 à 19h02

« Partez du principe que la philanthropie n’existe pas », Adrien Aumont, co-fondateur de KissKissBankBank lâche une de ses règles d’or face au public de la Villa Méditerranée (Marseille 2e). Le jeune entrepreneur animait mardi 24 mars une conférence sur le crowdfunding. Initiée par l’association régionale Territoires Solidaires, cette manifestation visait à former les acteurs de la coopération et de la solidarité internationale au fonctionnement d’une campagne de financement participatif.

Discours clair, dynamique, humour et anecdotes en guise d’exemple… En 2 heures, le professeur de crowdfunding offre les clés d’un nouvel outil : comment optimiser sa campagne pour lever des fonds en 60 jours. A la sortie, les membres de Territoires Solidaires sont conquis.  « On va se lancer ! », lâche Violène dICD Afrique.

Territoires Solidaires regroupe de nombreux acteurs de la coopération et de la solidarité internationale. « Le crowdfunding représente  un nouveau départ vers d’autres stratégies de financement » affirme Jean-Baptiste Lanaspèze, président de Territoires Solidaires. «  La réunion d’aujourd’hui  va nous permettre d’être efficaces dans ce domaine et de mener à bien d’autres projets » précise-t-il.

Pour Adrien Aumont, co-fondateur du leader européen du financement participatif, « le secteur de la coopération internationale travaille sur des problématiques importantes qui nécessitent des outils modernes pour lever des fonds. » A l’heure ou les collectivités territoriales ont de moins en moins les moyens de soutenir les projets de solidarité internationale, le crowdfunding offre un nouveau champs des possibles pour les concrétiser.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse