Zoom sur Notre-Dame de la Garde, l’emblème marseillais

TOURISMEPublié le 13 mars 2015 à 13h00

Elle se dresse, impressionnante et lumineuse au dessus du Vieux-Port. À cheval entre le 6ème et le 7ème arrondissement, la basilique Notre-Dame-de-la-Garde est à Marseille ce que le Sacré-Coeur est à Paris. Juché sur la colline de la garde, à 160 mètres d’altitude, le site n’a pas toujours été ainsi. La première implantation chrétienne date de 1214, année qui a vu un prêtre le « Maître Pierre venir fonder une chapelle en haut de cette colline pour y vivre en ermite » explique Magali Chapus, conservatrice du musée de la basilique.

La petite chapelle perdure jusqu’au XIXème siècle. Au XVIème siècle elle fût incorporée dans le fort Notre-Dame dont on peut encore apercevoir des ruines aujourd’hui. Le 11 septembre 1853, après la destruction de la chapelle de Maître Pierre, la première pierre du nouvel édifice est posée. Après 44 ans, la construction est définitivement achevée. Il faut tout de même souligner l’année 1870 qui a vu l’installation de la statue dorée de la vierge à l’enfant. Elle mesure 11,20 mètres et pèse 9 796 kg.

Pour dessiner Notre-Dame de la Garde telle que nous la connaissons aujourd’hui on a fait appel à Henri-Jacques Espérandieu, l’architecte en charge de la construction de la cathédrale de la Major. On pense alors à construire une église dans un style néo-gothique, à la mode à cette époque. Seul souci : l’emplacement du site. En haut de cette colline les bourrasques de vent peuvent être très fortes et incompatibles avec les hautes flèches, caractéristiques du style néo-gothique. Le choix se porte donc sur un style roman, plus bas et plus massif. On parle d’architecture romano-byzantine pour caractériser la basilique. Relativement basse, elle possède aussi des aspects byzantins en ce sens que l’intérieur est chargé et doré.

Hugo Lane
@LaneHugo

COMMENTAIRE


Laisser une réponse