Les jeunes Méditerranéens pensent la citoyenneté de demain

SOCIÉTÉPublié le 22 mai 2015 à 17h38

« Ensemble résistons », le thème central de l’Atelier des Jeunes Citoyens de la Méditerranée (AJCM 2015). Les 20, 21 et 22 mai, 70 lycéens, dont 40 étrangers, se sont réunis entre Arles, Marseille et Martigues. Objectif : proposer des projets qui visent à développer les relations entre les jeunes du pourtour méditerranéen. Trois journées d’échange et de travail pour faire bouger les choses autour de cette mer commune.

Porté par la Région PACA et coordonné par l’association les Têtes de l’Art, l’AJCM favorise l’engagement des jeunes Méditerranéens. Divisés en plusieurs groupes, les lycéens travaillent sur le vivre-ensemble, la citoyenneté numérique, les échanges inter-culturels ou encore l’engagement. « On l’oublie souvent mais les jeunes sont majoritaires en Méditerranée, il est primordial qu’ils parviennent à s’organiser pour rendre leur parole audible et légitime », affirme Sam Khebizi, directeur des « Têtes de l’Art ». En amont de l’AJCM, l’association a réalisé une enquête auprès des jeunes Méditerranéens.

Via le site de l’AJCM, près de 500 lycéens d’une dizaine de pays différents ont répondu au même questionnaire. Presque 50% d’entre eux n’ont jamais été en contact avec d’autres jeunes du bassin méditerranéen et plus de 85% le souhaitent. « Je n’ai jamais eu la chance de parler avec des jeunes d’autres pays, ici j’en rencontre de partout, c’est génial ! », sourit Yara, Libanaise. Le sondage révèle également que plus de 80% des lycéens interrogés pensent qu’il est important de créer un dispositif qui donne la parole aux jeunes de la Méditerranée.
« Je vais faire le maximum pour rassembler des idées et développer la communication en Méditerranée », lâche Maikel, Egyptien. Au-delà de la rencontre et de l’échange, l’AJCM travail sur un enjeux majeur : la co-construction de l’avenir des Méditerranéens.

« Les problèmes politiques qu’on peut avoir entre pays ne doivent pas impacter les relations entre les jeunes », explique Sam Khebizi. « Souvent on reporte nos pensées, nos problèmes sur les générations d’après, eux ne voient pas du tout les choses de la même façon » conclut le directeur des « Têtes de l’Art ». Plutôt rassurant, non ? Les lycéens du pourtour méditerranéen envisagent, entre autre, de créer une assemblée politique « active », comme ils aiment à le préciser. Le résultat des ateliers a été présenté à Martigues devant les 2500 jeunes réunis pour le Printemps de lycéens et des apprentis. De quoi propager le virus de la citoyenneté de demain : Do It Yourself.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


2 Réponses à “Les jeunes Méditerranéens pensent la citoyenneté de demain”


Laisser une réponse