Gilles Ventalon, restaurateur d’émotions

TERRITOIREPublié le 5 juin 2015  à 15h52

En fouillant dans les recoins cachés on découvre bien souvent des trésors. Gilles Ventalon en a souvent fait l’expérience. Son métier, c’est facteur de piano. Précision sémantique : cela ne signifie pas qu’il livre les instruments dans les boites aux lettres mais qu’il en assure la restauration. Il retape, accorde, remet à neuf des pièces vielles de plusieurs dizaine d’années.

« Une fois, sous un clavier, j’ai retrouvé tout un tas d’objets : des lettres, des médailles religieuses… Elles appartenaient à la grand-mère du propriétaire » se souvient Gilles Ventalon. À partir de là, l’intéressé retrace une partie de sa vie familiale. Une émotion telle qu’il fond en larme devant le facteur de pianos. « Je ne m’attendais pas à ça, mais ça fait plaisir ! » avoue Gilles aujourd’hui d’un ton ému.

Dans son atelier, il tire les corde des pianos, les remplace, nettoie les claviers et accorde les pianos… « Pour faire ce métier, il faut avoir l’oreille absolue » lance Gilles Ventalon. Cela signifie avoir la faculté de reconnaitre n’importe quelle note simplement en l’entendant. C’est également un métier qui nécessite de la force pour déplacer les pianos ou remplacer une cheville au marteau mais aussi de la douceur et de la sensibilité pour écouter les sonorités et en tirer la quintessence.

Chaque semaine, retrouvez le portrait d’un artisan local sur CityPost en partenariat avec la Chambre des métiers et de l’artisanat.

Hugo Lane
@LaneHugo

COMMENTAIRE


Laisser une réponse