Handicap : des claviers et des souris adaptés

INNOVATIONPublié le 18 juin 2015 à 17h03

Recherche d’emploi, information, communication… L’informatique est devenu un outil indispensable. Pourtant l’univers numérique n’est pas facile d’accès pour tout le monde. Les personnes en situation de handicap sont rarement autonomes face à un ordinateur. L’association marseillaise Icom Provence développe des souris et des claviers virtuels révolutionnaires qu’elle met à disposition gratuitement sur internet.

Un clavier qui s’adapte au handicap

« Ce clavier permet de palier à différents types de handicap et de s’adapter aux besoins spécifiques de chacun » explique Delphine Guyomard, ergothérapeute chez Icom Provence. Pour les personnes en situation de handicap, les deux problèmes les plus souvent rencontrés sont l’incapacité d’appuyer sur le clavier et l’incapacité de se déplacer d’une touche à une autre. Pour répondre à ces besoins, le clavier virtuel Icom est configurable sur différents modes d’utilisation. Dans le cas d’une inaptitude à presser, le clic est « temporisé ». C’est-à-dire qu’il se déclenche tout seul après un temps donné d’inactivité. Grosso modo je place mon curseur sur la lettre « B », j’arrête de bouger et le « B » apparait comme par miracle à l’écran.

Dans le cas d’une incapacité bouger la souris, un mouvement automatique balaye toutes les zones du clavier en boucle virtuel, affiché sur l’écran. Tour à tour, les différentes zones du clavier s’illuminent en rouge : lettres, chiffres, ponctuations…etc L’usager n’a qu’à cliquer lorsque la zone souhaitée s’allume.

Une souris à 360°

Les souris virtuelles pour palier au handicap, ce n’est pas nouveau. « La grosse nouveauté c’est de pouvoir se déplacer dans toutes les direction » souligne Frédéric Figarol, développeur chez Icom Provence. Les souris virtuelles actuellement disponibles permettent un mouvement sur un axe vertical ou horizontal, parfois diagonal. La souris Icom offre la capacité de se déplacer à 360°. pour schématiser, imaginez une sorte de boussole affichée sur l’écran. Une aiguille y tourne en boucle, la vitesse de rotation est réglable. Dès que l’aiguille pointe dans la direction désirée, l’usager n’a qu’à cliquer et la flèche de la souris se dirige dans la direction indiquée. « Ça demande un peu d’entrainement au départ, précise Frédéric, mais une fois qu’on a pris le coup on peut se déplacer rapidement sur l’écran ».

L’idée de départ provient d’un stagiaire de chez Icom. « Alexandre était lui aussi en situation de handicap » raconte Véronique Clément, à la tête de l’association. « On a écouté son idée et on l’a développée », une initiative qui résume à elle seule l’idéologie de Icom, association loi 1901. Au départ implantée à Lyon, elle travaille depuis 13 ans pour rendre accessibles les nouvelles technologies aux personnes en situation de handicap. L’équipe propose toute l’année des formations, du conseil, des animations et des bilans pour offrir un maximum d’autonomie dans les dimensions numériques.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse