Une Japonaise fait de la pâtisserie française… en Provence !

TERRITOIRE Publié le 19 juin 2015 à 17h15

L’odeur du pain, le brillant du glaçage chocolat, les inévitables boites en plastique remplies de bonbons. Pour beaucoup d’entre nous pénétrer dans une boulangerie relève de la madeleine de Proust. Celle de Puyricard, baptisée Puy d’amour, ne déroge pas à la règle. Pourtant la gérante du commerce qui passe également ses journées dans le laboratoire à napper, glacer et pétrir n’a rien de l’image qu’on se fait actuellement d’une pâtissière de campagne. Noriko Shirota est Japonaise. Et comme c’est souvent le cas chez les artisans, son métier rime avec passion. Une passion qui la suit « depuis [son] enfance ».

Formée à la pâtisserie française au pays du soleil-levant, elle travaille dans deux établissements dans son pays natal. Elle décide ensuite de venir en France, à Dijon. « J’ai appris le français là-bas et ensuite je me suis décidée à monter à Paris », explique cette as de la ganache. « Monter à Paris » une expression qui a elle seule montre que les leçons de français ont bien été apprises.

Du Japon dans les Bouches-du-Rhône

À la capitale, elle écume pas moins de sept pâtisseries et un restaurant. C’est à ce moment qu’elle décide d’investir dans un fond de commerce. Mme Shirota et son conjoint trouvent leur bonheur dans le Pays d’Aix, dans le petit village de Puyricard. Bourgade dans laquelle elle tente de faire découvrir la pâtisserie japonaise.

Le week-end du 13 juin, la fête du Japon était organisée dans la commune. À cet occasion, l’artisane a préparé des spécialités japonaises « bien différentes des pâtisseries françaises. Au Japon on n’utilise pas de gras ni de four mais plutôt la vapeur » explique-t-elle. Si les spécialités d’extrême-orient n’ont pas provoqués des avalanches de compliments, les spécialités françaises sont, elles, fort appréciées des riverains : « on me dit “c’est bon ! c’est magnifique !“ ça me fait très plaisir », sourit Noriko Shirota .

Chaque semaine, retrouvez le portrait d’un artisan local sur CityPost en partenariat avec la Chambre des métiers et de l’artisanat.

Hugo Lane
@LaneHugo

COMMENTAIRE


Laisser une réponse