Attrap’ rêves vous fait dormir à la bulle étoile

ÉCONOMIEPublié le 30 juillet 2015 à 16h35

« Dormir à la belle étoile avec le confort d’une chambre d’hôtel », telle est la promesse faite aux hôtes d’Attrap’rèves. Ces chambres insolites en forme de bulles transparentes gonflées à l’aide d’une soufflerie sont nées à Allauch. À l’origine, il y a une famille : les Giovansili. Le frère et la soeur décident de s’associer pour proposer ce type de chambres d’hôtes en Provence en 2010.  Les bulles, qu’ils ont découvertes sur un salon à Saint-Tropez, devaient servir de vérandas pour les particuliers à l’origine. Les Giovansili y voient une offre hôtelière. Sous ces bulles transparentes, ils vont faire dormir des gens, en harmonie avec la nature.

Depuis cinq ans, les affaires tournent plutôt bien : « aujourd’hui nous sommes une franchise et avons 18 bulles sur 5 sites différents : Allauch (13), La Bouilladisse (13), Puget Ville (83), Montagnac Montpezat (04) et Forcalquier (04) », détaille Murielle Giovansili. Avec des formules comprises entre 109€ et 499€, Attrap’rêves espère toucher une clientèle variée même si les couples constituent son coeur de cible.

Intimité et écologie

Tout a été pensé pour que l’intimité soit préservée. Chaque bulle possède son accès propre, chaque chemin a été pensé pour ne pas passer à proximité de la bulle du voisin. Il est également possible de privatiser le jacuzzi ou encore réserver une séance de massage avec une professionnelle. La nuit, la nature fait le travail : ciel étoilé, faune, flore s’offrent aux yeux des hôtes. Ici tout se passe la nuit, on ne vient pas pour dormir.

Les toilettes sèches, une douche et un lavabo composent le bloc sanitaire privatif de chaque bulle. La société allaudienne a souhaité mettre l’accent sur la dimension écologique. Un petit chauffage d’appoint est mis à disposition pendant la saison fraîche. Sinon une simple lampe sert d’éclairage aux hôtes, à moins que la lumière de la lune et des étoiles ne leur suffise…

Hugo Lane
@LaneHugo

COMMENTAIRE


Laisser une réponse