Bar à Vrac : l’essentiel, sans l’emballage

ÉCONOMIEPublié le 7 juillet à 17h31

« Apportez le flacon, on vous promet l’ivresse », proposition alléchante du Bar à vrac. Que ce soit pour siroter l’apéro au comptoir ou pour vos emplettes à l’épicerie, ce nouvel établissement de la rue Gambetta (Marseille 1er) s’engage à fournir des produits locaux sans emballages jetables. Ouvert depuis un mois, le Bar à Vrac offre une solution pour résoudre une grande problématique de notre société : le réduction des déchets.

Un principe simple

Légumineuses, céréales, fruits secs, thés, sodas, alcools, produits cosmétiques, détergents…Les rayons de l’épicerie proposent tout le nécessaire du quotidien. Seule différence : aucun emballage jetable. Le principe est simple. Soit vous venez avec vos contenants, soit vous achetez sur place des sacs en coton réutilisables et des bouteilles consignées. Une fois ces derniers pesés, à vous les produits. Le poids de votre contenant sera déduit à la caisse lorsque vous réglerez vos achats.

« Pour l’instant, on propose des sacs en papier, le temps que les clients prennent les bonnes habitudes », explique Nathalie Boudé, créatrice du Bar à Vrac. La maison effectue même la mise en bouteille de bière pression ou de soda. C’est le concept  de « growler station » déjà répandu dans les pays anglo-saxons. Ainsi pas d’emballage à recycler, une attitude éco-responsable de consommer. Mais ce n’est pas le seul point positif du Bar à Vrac. L’établissement met aussi l’accent sur la qualité des produits locaux.

Consommer éco-responsable

« Nous avons trois critères essentiels dans la sélection des produits, affirme Nathalie Boudé, la qualité, la provenance et le type de culture ou de fabrication ». La majorité des produits provient de la région. « Quelques uns ne sont pas d’ici comme le chocolat ou les céréales petit déjeuner, pas facile de trouver ça dans le coin », sourit Nathalie. Le modèle économique du Bar à Vrac est donc clairement tourné vers la consommation responsable. Un engagement qui ne date pas d’hier pour Nathalie.

« J’ai un passé dans la protection de l’environnement », lance la mère du Bar à Vrac. En 2010, Nathalie Boudé crée 2L Léger & local, une association qui aide les professionnels à réduire leurs déchets. « J’ai travaillé avec des distributeurs, des producteurs, des commerçants pour les accompagner dans les démarches, raconte Nathalie, et puis j’ai eu envie d’aller interpeller le consommateur. Le Bar à Vrac c’est un peu l’aboutissement de la démarche. »

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse