Oaï of Life, célébration du joyeux bordel marseillais

CULTUREPublié le 13 juillet 2015 à 18h57

Marseille Oaï of Life… « Oaï » pour le joyeux désordre qui règne dans la métropole méditerranéenne, « of life » pour le style de vie qui va avec. Il y a cinq ans, le graphiste Joan Ceccaldi lance la marque Marseille Oaï of Life. Clin d’oeil humoristique à l’« american way of life », la griffe se décline sous plusieurs formes et fait de plus en plus parler d’elle.

« Sortir des clichés habituels »

Si Marseille est un melting-pot culturel, le travail de Joan est un mélange de tout ce que des yeux et des oreilles sont susceptibles de rencontrer à Marseille. Un portrait contemporain sans fioriture des paysages et de l’identité de la ville. Des monuments aux chantiers chaotiques, des expressions de la gouaille locale aux paroles d’IAM ou du Massilia Soud System, du cargo de la CMA CGM au tractopelle… « L’idée c’est de donner une image originale de Marseille », explique Joan. « Sortir des clichés habituels, type : pétanque, foot et apéro », précise-t-il. Pour ce faire, le graphiste exploite trois pistes.

« Oaï of Life, c’est une marque que je développe sur trois axes différents », poursuit le créateur. « Le premier, ce sont les expositions en tant qu’artiste. Le second, c’est la déclinaison d’images sur des objets : t-shirts, coussins, sérigraphies, affiches…etc. Et le troisième c’est la création graphique sur commande, un logo par exemple ». Joan développe pas à pas sa marque depuis cinq ans. L’idée lui est venu pendant ses études. Après l’école des Beaux-Arts de Marseille, il part se spécialiser dans le graphisme aux Beaux-Arts de Rennes. Le déclic…

Quartier en mutation, source d’inspiration

« J’ai toujours vécu à Marseille et c’est en partant à Rennes que j’ai compris les spécificités de la ville, son caractère unique » Mister Oaï se remémore, regard dans le vague et sourire en coin… « A Rennes, il y a du désordre humain, c’est festif, mais la ville est nickel. Pas de chaussées défoncées, de poubelles qui débordent, de chantiers interminables… D’avoir des points de comparaisons, ça m’a permis de réaliser le désordre marseillais ». Oaï of Life était né. « J’ai vécu plus de 10 ans à Arenc [Marseille 2e, NDLR] sur le secteur d’Euromed. Je vivais les chantiers au quotidien, des bâtiments disparaissaient et d’autres naissaient… C’est ce quartier en mutation qui m’a inspiré.»  Après avoir eu l’idée, il a fallu bosser pour la développer. Et pas à pas, le travail dans son petit atelier commence à payer.

Côté artistique, les travaux de Joan Ceccaldi sont exposés en ce moments à l’Ebénisterie et à la galerie Aux Tableaux. Pour les produits estampillés Oaï of Life, vous les trouverez dans les points de vente marseillais comme l’UndArtGround, le Tulavu, ou encore Rodolphe au Golf. Demain, la marque de Joan pourrait bien s’exporter… A quand la Bonne Mère et un gabian sur le dos d’un Japonais ?

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


3 Réponses à “Oaï of Life, célébration du joyeux bordel marseillais”

  1. Branchereau

    Bravo et Merci pour ce reportage qui permet de découvrir un grand Artiste. Bravo l’artiste avec son talent fou….

    Répondre
  2. Joan, sur FR3, j’ai vu un artiste, TOI. GENIAL, Bravo l’artiste, en tant que Président Fondateur du Festival AUTOUR DE BRASSENS à l’Argentière dans les Hautes Alpes, je féterai fin juillet 2016, le 10 Anniversaire, je t’appelerai pour avoir ton avis, mon tel 0686542061 ou 0492452369 Salut Maurice BONNARDEL UN de La Belle de Mai.

    Répondre
    • Kevin Derveaux
      Kevin Derveaux

      Bonjour Maurice, votre commentaire est visible sur notre site. Cependant, si vous souhaitez contacter Joan, nous vous invitons à lui envoyer un message directement. Ce sera sans doute plus efficace. Voici le lien de sa page facebook : https://www.facebook.com/oaioflife?fref=ts. Au plaisir…
      Cordialement

      Répondre

Laisser une réponse