Albert Learning, un nouveau prof pour la rentrée

ÉCONOMIEPublié le 1er septembre 2015 à 16h03

Les Français ont du mal avec l’anglais, c’est un fait. Albert-Learning, une start-up marseillaise lance sur le marché une offre qui risque de ruiner toutes les excuses pour justifier cette lacune. Des cours particuliers via Skype, en illimité pour 29,90 euros par mois.« Si vous prenez deux cours par jours, la leçon vous revient à moins d’un euros, c’est juste hallucinant, non ? » Difficile de contredire David Ansellem, créateur du concept. Mais forcément, ça donne envie de gratter un peu, de chercher la petite bête… Alors on s’y est collé. CityPost a testé pour vous.

30 minutes de cours en direct depuis Bombay

Le principe est simple. Inscription sur le site. Choix du niveau et de la thématique du cours. Il ne reste plus qu’à réserver la date et l’horaire sur le planning. On reçoit ensuite l’identifiant Skype à contacter au moment du rendez-vous. « Hello, how are you ? », c’est parti pour trente minutes de cours particulier. Notre professeur nous parle depuis Bombay avec un accent tout à fait correct et un sourire à effacer toutes traces du prof qui vous a fâché avec l’anglais au collège. « Tous nos professeurs sont diplômés et l’accent est le critère primordial de notre sélection. C’est sûr, ils n’ont pas l’accent anglais ou américain, précise David Ansellem, mais le but c’est de parler anglais et vous aurez face à vous un professeur qui vous mettra à l’aise ».

Interaction efficace

Au bout des trente minutes, le bilan est positif. Le fait que le professeur ne parle pas le français, pousse à faire des efforts. Les gestes et le regard facilitent l’échange. Et en cas de gros blocage, le tchat permet de résoudre le problème. La première séance est gratuite. Le client teste la qualité du service et l’enseignant évalue son niveau pour adapter au mieux le type de cours. Alors certes, on ne peut juger la qualité d’un enseignement sur une seule leçon. Mais, de prime abord, le rapport qualité/prix semble plus qu’honnête. De plus, la formule est sans engagement. Insatisfait ? Cliquez sur « se désabonner » et ça s’arrête là.

Depuis le lancement en mai 2015, 25% de la clientèle vient de l’étranger. En 2016, la start-up proposera l’apprentissage de nouvelles langues sur le même concept : l’espagnol depuis l’Amérique latine, le français depuis l’Afrique et le chinois… depuis la Chine !

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse