Le réaménagement de la Plaine intrigue et inquiète

TERRITOIREPublié le 19 novembre 2015 à 18h27

Les travaux n’ont pas encore commencé que le réaménagement de la Plaine fait déjà beaucoup de bruit. La place Jean Jaurès, située au carrefour des 1er, 5e et 6e arrondissements, s’inscrit dans le cadre de l’Opération Grand Centre Ville, un plan de réaménagement de 35 pôles urbains. Après le Vieux-Port, au tour de la Plaine de changer de visage. Une concertation publique s’ouvre le 26 novembre. Le chantier devrait démarrer fin 2017/début 2018 pour se terminer en 2020. La Plaine, c’est avant tout un lieu populaire, hétéroclite, où se croisent selon les heures, parents, enfants, forains, chineurs, flâneurs ou fêtards… Et quand un projet à 11 millions d’euros touche à un espace public cher aux Marseillais, ça en inquiète plus d’un.

Curieusement en amont, aucune communication institutionnelle sur le sujet. L’information est venue dans un premier temps de l’Assemblée de la Plaine, un collectif d’habitants. En octobre dernier, les membres de l’assemblée diffusent un document interne de la Soleam (société locale d’équipement et d’aménagement de l’aire marseillaise), la société publique chargée du réaménagement. Cette étude est ensuite publiée par nos confrères de La Marseillaise. Au fil des pages, on découvre quatre scénarii différents de requalification de la place.

Espaces verts, stationnement, circulation, trottoirs, terrasses des cafés ou jardin d’enfant, tout est remis en question. Cependant rien n’est officiellement arrêté. La Soleam a tenu à rappeler qu’il ne s’agit que d’une étude préliminaire. Un diagnostic réalisé pour cerner les dysfonctionnements de la place Jean Jaurès. « Nous n’en sommes qu’aux balbutiements du projet, la concertation publique va permettre d’établir un cahier des charges, affirme Gerard Chenoz président de la Soleam, ensuite, plusieurs équipes vont travailler et proposer différents projets, le lauréat sera choisi fin 2016. »

« On veut chasser les pauvres du quartier »

Au cœur du dossier, le marché de la Plaine qui se tient trois fois par semaine sur la place. Un grand marché métissé, connu des Marseillais pour ses prix bas et ses quelque 270 forains. L’étude de la Soleam parle de « réduire le nombre d’emplacements », d’une « montée en gamme de la place » et d’un « marché qualitatif ». Des termes qui suscitent l’inquiétude. « J’ai toujours fait de bonnes affaires à la Plaine et je n’ai pas envie que ça change » affirme Georgette, une habituée depuis plus de 30 ans. Côté forain, on s’inquiète plutôt de la durée du chantier.

« Qu’est-ce qu’on va devenir pendant les travaux ? , interroge Christian, présent depuis 27 ans à la Plaine, on va manger des pierres et à la fin des travaux, la clientèle aura pris ses habitudes ailleurs et ce sera foutu. » D’autres le voient différemment. « Si les travaux se font, je suis pour, déclare Abdel, responsable de la brasserie d’Ambrine, moins de voitures, plus d’espaces piétons… Moi j’aimerais bien que le petit train monte à la Plaine et qu’il nous amène les touristes ». Le tourisme, voilà ce que craignent les membres de l’Assemblée de la Plaine.

« On veut chasser les pauvres du quartier et en faire un espace attractifs pour les touristes et les investisseurs, au détriment de ses habitants », lâche Bruno, membre du collectif.  Autre point qui inquiète : la notion d’espace public. De nombreux riverains redoutent de voir leur place se transformer en grande terrasse de café. « On ne veut pas d’un espace minéral sans arbres et sans bancs où l’on est obligé de consommer dans les bars pour s’assoir et profiter de la place », rage Francis.

Le 20 juillet dernier, un arrêté municipal interdisait après 20h la vente d’alcool dans les commerces de proximité du secteur. Aujourd’hui, la Ville de Marseille affiche sa volonté de « monter en gamme » la place Jean Jaurès. Deux actions consécutives qui laissent penser que la mairie envisage de changer l’identité populaire et festive du quartier.

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse