[P]ose ta Bombe, quand les murs racontent la condition féminine

CULTUREPublié le 15 janvier 2016

Qu’en est-il de l’expression artistique féminine dans les rues ? La question démangeait Elodie Sylvain et Charlotte Ricco, elles ont décidé d’en faire un documentaire. « [P]ose ta bombe », c’est son p’tit nom, questionne la place des femmes dans le street art aujourd’hui à travers différentes villes du globe. Le premier volet réalisé au Maroc est visible en ligne gratuitement. Le début d’une longue aventure qui dresse pas à pas un panorama mondial de la condition féminine dans le street art et plus largement dans la société contemporaine.

Elodie et Charlotte n’en sont pas à leur coup d’essai. Ces deux compères de Tabasco vidéo (et oui encore eux !) travaillent depuis cinq ans sur la condition des femmes et ont déjà réalisé plusieurs films. « Le graffiti c’est un angle qui parle à tout le monde pour aborder les questions du féminisme, d’être une femme et d’oser s’exprimer dans l’espace public. Où que l’on aille, la rue est toujours un véritable indicateur de la condition féminine », explique Charlotte. Et des rues, les deux acolytes comptent bien en parcourir sur tous les continents.

Un projet ambitieux

Après Tanger et Casablanca, Elodie et Charlotte sont allées user les pavés de Stockholm. En prévision d’ici le mois de juin, trois autres tournages à Rome, Londres et Marseille. Et ensuite ? « On a envie d’aller plus loin, de réaliser des ”[P]ose ta bombe” à Rio, Buenos Aires, Bangkok… On cherche des mécènes », sourit Elodie. Hormis une bourse de 500 € obtenue dans le cadre du concours Jeunes Journalistes En Méditerranée, le projet « [P]ose ta bombe », c’est du 100% système D. Mais pour aller plus loin, Charlotte et Elodie ont besoin de soutien financier.

Avec tout le contenu recueilli sur le terrain, les deux reporters envisagent de réaliser un web documentaire. « Une grande plateforme où on pourrait se balader, d’une ville à une autre, avec du contenu écrit, photo et vidéo », décrit Charlotte. « On va aussi organiser des diffusions publiques pour permettre de comparer la situation entre différentes villes », ajoute Elodie. Bientôt une projection des trois premiers « [P]ose ta bombe » : Tanger, Stockholm et Marseille, on vous tiendra au courant.

Si vous souhaitez les aider, écrivez-leur : posetabombe@gmail.com

Kévin Derveaux
@KevinDerveaux

COMMENTAIRE


Laisser une réponse